Un paresseux et un être humain. © iStockphoto

La « slow economy », c’est quoi ?

Judy Wicks a été la première à lancer ce mouvement avec le « White Dog Café », un restaurant au premier étage de sa maison, à Philadelphie, en 1983.
Refusant l’élevage et l’agriculture intensive, elle décide de ne cuisiner que des produits frais et locaux, produits par des acteurs locaux. Peu à peu, une communauté s’est soudée autour de cette entreprise et a essaimé. Les initiatives pour relocaliser la production et pour être indépendant économiquement existent aujourd’hui aux États-Unis, en Inde, en France. La slow economy gagne du terrain chaque jour car elle replace l’humain au centre et redonne de la valeur au travail. Vous qui êtes déjà un « consom’acteur », rejoignez le mouvement !

Publié le