travnikovstudio/iStock. Philippine, un village traditionnel

A l’avenir, des fibres d’ananas pourront remplacer le cuir animal !

Et si bientôt nos chaussures, nos sacs de voyage, les sièges auto, les accessoires pour téléphone et autres chapeaux n’étaient plus fabriqués en cuir animal mais végétal ? Avec l’ananas, c’est désormais possible ! C’est Carmen Hijosa, une créatrice espagnole, qui a eu l’idée d’utiliser les fibres extraites de feuilles d’ananas pour en faire une toile qui peut être teinte, imprimée ou traitée pour créer différents types de textures. Il aura fallu dix ans d’études pour arriver à ce résultat étonnant baptisé Pinãtex.
L’idée lui est venue en observant le Barong Tagalog, la tenue de cérémonie des habitants des Philippines dans l’océan Pacifique. Fabriquée en fibres d’ananas, cette tenue est transparente et portée par dessus leur chemise. L’entreprise Ananas Anam, créée par Carmen, achète les fibres du fruit exotique à une communauté de fermiers philippins. Puis, elles sont envoyées en Angleterre et en Espagne pour être transformée en maillage non tissé. Pour produire 1 m2 de Piñatex, il faut 480 feuilles ce qui équivaut à 16 ananas. Le prix ? 23 euros du mètre carrés contre 25 à 38 euros pour le cuir animal. Avantage supplémentaire, pas besoin de planter plus d’ananas et d’occuper de nouveaux terrains donc de couper des arbres, le Piñatex est un sous-produit de la culture de la plante, on utilise les feuilles et on mange le fruit. Le reste des matières organiques est transformé en bio-gaz et engrais organique qui sont utilisés par les communautés philippines. Rien ne se perd ! Une belle initiative.
www.ananas-anam.com

© Texte : Pascal Alquier.Photo : © travnikovstudio/iStock.

Publié le